BRIC-À-BRAC


Je vous invite à partir sur les traces de Vercingétorix. Laissez-vous guider...

 

Petit rappel historique

Il est difficile de savoir quand Vercingétorix est né. Il a probablement vu le jour entre 82 et 72 avant J.C. Il faisait partie d'une des plus anciennes familles arvernes, qui étaient des Gaulois établis dans l'actuelle Auvergne. Son nom signifie peut-être « grand roi des guerriers » ou « roi des grands guerriers ». En effet, ver correspond au latin super. Cingeto à l'irlandais cing, qui veut dire « guerrier ». Enfin, rix vient de divers noms indo-européens signifiant « roi ».

Vercingétorix est connu pour avoir été le chef d'une union des principales tribus gauloises lors de la guerre des Gaules qui commença en 58. Il faut rappeler le contexte.

Le Midi avait été conquis entre 125 et 118 par les Romains et était devenu la Provincia. Le long de la vallée de la Saône, l'influence romaine était certaine aussi : des fouilles ont révélé la présence d'amphores de vin italien, de monnaie d'argent portant l'effigie de Roma, la déesse de Rome par exemple. La vallée de la Garonne était elle aussi pénétrée par l'influence romaine. En revanche, des zones de la Gaule restaient à l'écart du monde romain : le nord et le quart nord-est.

César eut l'habileté d'utiliser les rivalités entre les tribus gauloises pour se poser comme arbitre et protecteur. De cette manière, il dominait la Gaule. Au sein de chaque peuple existaient même deux partis : un parti pro-romain et un parti anti-romain.

Cependant, en 52, face aux exigences de César et au poids des réquisitions, une révolte généralisée de la Gaule éclate. Une alliance de circonstance se forme alors entre les principaux peuples gaulois. Ceux-ci sont sous le commandement de Vercingétorix.

Mais les divergences entre les Gaulois se manifestent toujours, ce qui sape l'autorité de Vercingétorix. Ce dernier, après avoir subi une défaite contre César, décide de se réfugier à Alésia pour attendre une armée de secours. Celle-ci arrive et prend l'avantage sur les Romains. Mais ceux-ci parviennent finalement à résister et le lendemain, Vercingétorix est obligé de se rendre.

Si le chef gaulois s'est réfugié à Alésia, c'est parce qu'un oppidum imprenable se trouvait sur le mont Auxois (à Alise-Sainte-Reine, en Bourgogne). Les Romains ne pouvaient pas le prendre d'assaut et pour Vercingétorix, c'était un moyen de fixer les troupes de César en attendant les renforts.

Vercingétorix fut mis à mort en 46 avant J.C.

Pour se lancer sur les traces de ce vaillant chef guerrier, passons d'abord par Clermont-Ferrand;

La légende raconte que le cœur de Vercingétorix a été enterré sous cet obélisque...


Sur le plateau de Gergovie, un monument a été édifié en souvenir de la glorieuse victoire de Vercingétorix.

 

Le plateau de Gergovie, un endroit idéal pour libérer les cerfs-volants.

 

Pour conclure ce reportage auvergnat, je vous propose un petit jeu.

Imaginez la scène : vous vous baladez en voiture sur une petite route auvergnate, vous découvrez les paysages, quelques maisons de village, bref, une petite virée bien pittoresque, quand soudain, vous découvrez ceci :

Qu’est-ce ?

Si vous trouvez la bonne réponse, bravo, je vous paye un jus !

Contre-indice n°1 : ce n'est pas un abribus.
Contre-indice n°2 : ce n'est pas une cabine de douche.
Contre-indice n°3 : ce n'est pas un abri de berger.
Contre-indice n°4 : ce n'est pas un poste de douane pour délimiter la frontière auvergnate.
Contre-indice n°5 : ce n'est pas un abri contre les pluies de cendres en cas d'éruption volcanique.
Contre-indice n°6 : ce n'est pas non plus une cabine téléphonique.

Suggestions d'internautes